Batterie

Enseignement réalisé par Jean-Luc MONDELICE

Les cours se déroulent le lundi à EVRECY.

PETIT HISTORIQUE : La Batterie appartient aux instruments dits de « Percussion ». Elle a vu le jour au début du siècle (plus précisément dans la dernière décennie du 19eme). C’est principalement dans les années 10 et surtout 20 qu’elle commencera réellement à voir le jour dans des Clubs.

Les principaux éléments qui la composent sont la grosse caisse, la caisse claire, les cymbales et les toms .

Ce sont des musiciens percussionnistes des Etats-Unis qui ont eu la bonne idée de rassembler la grosse caisse, la caisse claire et les cymbales en un seul instrument. Auparavant, il fallait 3 percussionnistes. Désormais il n’en faut plus qu’un. Cette solution a surtout été trouvée pour pouvoir faire des spectacles  avec percussions dans des lieux plus petits, en l’occurrence des clubs de Jazz.

De fait, ces musiciens jouaient dans des fanfares Jazz du Sud des Etats-Unis. On peut donc dire que le Jazz a inventé la batterie telle que nous la connaissons de nos jours. Le Jazz vient du Ragtime qui lui vient du Blues. Les racines du Blues/Gospel  proviennent des plantations de coton où les Noirs y travaillaient en tant qu’esclaves.

Même si son assemblage naquit aux Etats-Unis, la batterie porte une symbolique universelle en ce sens où ces différents éléments regroupent les différentes régions de la Terre. La grosse caisse et la caisse claire viennent d’Europe, les cymbales de Turquie et de Chine, et les toms d’Afrique, d’Océanie, ou encore des Indiens d’Amérique…C’est un instrument d’autant plus riche qu’il incarne le rythme. Le rythme est une donnée fondamentale dans la musique et aussi dans la vie…. Tout peut  être vu comme rythme !…. le cœur qui bat, la respiration, les saisons, la marche etc……

ROLE DU BATTEUR :  Tout d’abord il n’y pas de batterie dans toutes les musiques. Et puis un morceau de musique peut être aussi bien joué avec ou sans batterie (sauf bien entendu s’il s’agit d’un morceau 100% percussions). Dans tous styles de musiques on peut y trouver des morceaux uniquement de percussions.

A partir du moment où il y a un batteur dans une formation, le rôle de ce dernier est fondamental…. Très important ! C’est le batteur qui soutient tout le groupe. Tous les musiciens s’appuient sur lui. Un batteur pour un groupe est comme les fondations pour une maison. Il est préférable de construire une maison sur de la pierre que sur du sable. Rythmiquement il porte tout le monde.

– Son 1er rôle est de garder le tempo (« gardien du tempo »). Il ne faut ni accélérer ni ralentir ; être très régulier. Sauf exception : s’il y a une indication d’un chef d’orchestre ou d’un choix d’arrangement musical.

– Son 2eme rôle est de faire « groover » les chansons c’est-à-dire les rendre vivantes, dansantes et agréables à écouter…. Le « groove » est une terme anglophone qui signifie le balancement du rythme. Cela doit être souple et ferme à la fois….. pas toujours facile à faire !……mais quand ça fonctionne c’est magique !

– Enfin il peut annoncer les différentes parties dans un morceau avec des interventions sur la caisse claire, les toms ou les cymbales…. comme des « signaux » qui indiquent des changements musicaux. Exemple : passage d’un couplet à un refrain ou d’un changement de tonalité etc…..

Un batteur est un musicien à part entière. Même s’il ne joue pas les clés de Sol et de Fa, il doit pouvoir entendre et surtout chanter une mélodie. Tous les bons batteurs savent chanter des mélodies. Il faut entendre aussi les autres instruments avec lesquels on joue. La batterie est avant tout un instrument d’accompagnement même si le Jazz en a aussi fait un instrument soliste. Tous les grands batteurs accordent  leurs batteries afin de pouvoir y jouer des mélodies avec leurs différents toms. La plupart l’accorde avec un piano.

De toutes les façons le chant est indispensable dans l’apprentissage de la musique et ça, peu importe l’instrument qu’on étudie.

METHODE DE TRAVAIL

Comme tout instrument, plus on y passe de temps, plus on progresse ! Après il faut travailler son instrument de manière efficace.

– Chanter : Tout d’abord, il est très important de pouvoir chanter les parties que l’on doit jouer avec l’instrument. Quand on peut la chanter, la moitié du travail est fait.

Exemple : « Boum » pour la grosse caisse, « Tac » pour la caisse claire et « Tic » pour le charleston. Une fois chantée, on essaie de jouer l’exercice sur la batterie.

– La lenteur : Il est aussi très important de travailler les morceaux lentement. Ne pas être trop impatient d’aller vite. Sinon on apprend mal. Jouer lent et précis est quelque chose de pas facile. Tous les batteurs vous le diront. Pour pouvoir aller vite, il faut pouvoir aller bien lentement afin d’assimiler parfaitement l’exercice ou le morceau. C’est ensuite petit à petit qu’on accélère.

– La technique : la technique s’acquière avec le temps. Eh oui en musique il faut être patient !…… Il faut une bonne gestuelle, une bonne indépendance des membres et un bon tempo. Mais je vous rassure, tout ça s’apprend !…

– L’écoute : Ce qu’on appelle le travail « d’oreille ». Pouvoir entendre les différents instruments quand on écoute une musique. En l’occurrence savoir entendre ce que joue le batteur. On peut pratiquer la méthode de « repiquage » qui consiste à refaire ce que joue le batteur afin de s’enrichir en vocabulaire musical. Cette méthode peut être utilisée pour toute sorte d’instrument. On apprend beaucoup aussi en écoutant et regardant les autres jouer.

1, 2, 3 et 4…. Attention à vos tambours et que le spectacle commence !……

NE L’OUBLIONS PAS, LA MUSIQUE EST AVANT TOUT UN PLAISIR ET DU PARTAGE !……..

Bon courage et viva la musica !…….

Jean-Luc Mondélice

Publicités